À PROPOS

Katrin_Livre

不论什么茶,我们 都很感兴趣 !

Un soupçon de Yang, une pincée de Yin, quelques plantes et beaucoup de Thés !

Tea, thé, cha, chaï… No matter how you name it, we are talking about it!

Comment concentrer sur quelques centaines de pages toute la complexité du Camellia sinensis, la plante du thé ? Raconter le thé chinois, c’est remonter le temps sur plus de quatre mille ans et retracer une histoire qui se perd dans la mythologie et les légendes. C’est parcourir un continent aussi vaste que l’Europe et décrire des terroirs que même google map ne parvient pas à localiser… C’est faire le portrait d’une mosaïque de peuples, en détailler les coutumes, comprendre leur art de vivre. C’est enfin décrypter des textes chinois, bourrés d’expressions et de termes techniques propres au monde du thé, des expressions en caractères dont je « ressens » la signification, mais qui ne figurent dans aucun dictionnaire du chinois en français ou en anglais…

La mise en mots du thé de Chine par les Chinois est une poésie, à restituer dans une autre langue en respectant son sens mais aussi sa musicalité, son émotion et surtout ses images. Car le monde du thé chinois se nourrit d’images : des paysages, des formes, des saisons, des gestes, des couleurs, jusqu’aux odeurs et aux parfums qui parfois « dilatent le cœur » ou « s’envolent, légers comme des apsaras »…

Le thé, aujourd’hui universel, est incontestablement un apport majeur du génie chinois à l’humanité. Et pourtant, plusieurs siècles d’échanges, commerciaux, stratégiques et culturels, ont modelé peu à peu son image, gommé ses origines et façonné de nouvelles habitudes et manières de consommer plus adaptées au mode de vie occidental.

Au travers de ce blog, je souhaitais redonner la parole aux Chinois pour transmettre à un public français et occidental la vision chinoise du thé. Certaines affirmations pourront surprendre, agacer quelques spécialistes, susciter peut-être controverses et débats. Je ne détiens aucune vérité. Je me fais juste l’interprète d’un peuple qui, selon moi, en matière de thé a tout inventé et sait tout faire.

Interprète-traductrice diplômée des Langues orientales, je consacre depuis trente cinq ans une grande partie de mon temps au mandarin, à la Chine et à ses thés ! Au début des années 1980, lorsque j’étais étudiante à l’Université de Nankin, j’ai travaillé pendant trois ans sur des manuels destinés à des agronomes chinois spécialisés sur le thé. Mon goût pour le thé s’est alors mué en véritable passion, une passion qui s’est nourrie au fil des ans de livres chinois sur le thé et de nombreux séjours en Chine, à arpenter les jardins de thé. Le mémoire sur l’agronomie du thé chinois que j’ai soutenu en 1985 trouve aujourd’hui une suite naturelle avec ce blog et le guide des thés de Chine (en cours de parution). Il était important pour moi de faire un point sur l’état du thé en Chine et de rendre enfin hommage aux Chinois pour cet apport extraordinaire au patrimoine mondial.